Les essentiels d’une charpente en bois

Le choix d’une charpente se repose sur plusieurs critères notamment les besoins du propriétaire de la maison, son budget mais aussi les normes architecturales imposées par la commune où l’habitat sera bâti. Ainsi, on peut opter pour une charpente fermette, une charpente béton, une charpente en bois ou encore une charpente métallique. Chacun de ces modèles a ses propres particularités, ses inconvénients et ses avantages.

Charpente en bois : quelle essence choisir ?

Si l’on opte pour une charpente en bois, l’essence de bois en question doit être choisie avec soin. Il existe par exemple des essences qui se portent mieux que d’autres lors de la confection de la charpente. D’autres critères se joignent au choix du type de bois. Il y a aussi des défauts de bois inacceptables. En effet, alors que certains défauts n’ont aucun effet négatif à la solidité de la charpente en bois, d’autres peuvent engendrer des problèmes sérieux. Ils sont surtout à éviter pour l’utilisation en entrait. Ce sont les nœuds, fentes dans la longueur de la pièce ou encore reste de flache ou écorce qui dépasse les 1/5e de la section de bois.

Importance du séchage des pièces destinées à la charpente bois

Contrairement aux idées reçues, travailler un bois trop sec n’est pas du tout facile. Au contraire, il est trop délicat et complexe et sa manipulation pose souvent problème. L’idéal est de ne pas dépasser deux années de séchage. Cette durée est juste suffisante pour faciliter la manipulation du bois quand il sera travaillé. Une fois mis en place, celui-ci continuera à sécher de manière naturelle. Il ne faut pas oublier que le séchage du bois changera les dimensions sphériques de la poutre sans jamais modifier sa longueur. Le triangle formé par les fermes demeurera donc indemne.

charpente bois

Ce qu’il faut faire ou ne pas faire lors du montage de la charpente en bois

En général, les erreurs à éviter quand on fait le montage d’une charpente en bois sont les mêmes quelle que soit l’essence de bois choisie. Pour en savoir plus, contactez des professionnels.

D’abord, il faut éviter les clous qui fonctionnent à l’arrachement car ils auront du mal à supporter la force du vent qui aspirera la toiture. Il faut également respecter la distance au bord. Ceci consiste à bien situer les vis, les chevilles ou les pointes au plus près possible du centre de la section dans le béton. En ce qui concerne les aboutages de bois de charpente, on doit préférer l’usage des plaques métalliques ou des moises en bois pointées de part et d’autre pour optimiser la solidité de l’assemblage.

Pour l’ancrage de la charpente bois sur le béton, il ne faut pas oublier d’utiliser des goujons d’ancrage correctement longs.

Le respect des plans de charpente est également important. Comme la charpente est composée de plusieurs éléments, il faut respecter le rôle de chaque pièce de bois au risque de nuire la solidité de l’ensemble. Il ne faut pas non plus oublier les contreventements car ils contribuent à la stabilité de cette structure.

Si l’on utilise des bois sans protection, il ne faut pas les noyer dans le béton car l’humidité de ce dernier risque de les endommager.